Glossaire [Chefs-d'oeuvre de la collection Grandidier]

Glossaire

T

Tambour
Le tambour est l’attribut de l’immortel Zhang Guolao. Cet instrument appartient autant au domaine taoïste que bouddhique.

 

Masque taotie (tao tie wen)
Les masques taotie "glouton", également connus sous le nom de masque animal (shou mian wen), dérivent des vases antiques en bronze et sont composés de la face stylisée d’un animal imaginaire, pouvant mêler les traits d’animaux réels comme le boeuf, le mouton ou le tigre, avec ceux d’animaux fantastiques comme le dragon long ou kui.
Le nom tao tie vient du Lü Shi Chun Qiu ("Annales du royaume de Lü "Printemps et Automne"), dans lesquelles Lü Buwei mentionnait des ding de la dynastie Zhou "décorés de tao tie possédant une tête mais pas de corps". Le terme fut repris par les lettrés de la dynastie Song. C’est un motif très ancien, que l’on trouvait déjà incisé ou gravé sur des poteries de la culture Langzhu (XXX Ref livre rouge, p. 243).

 

Terre cuite
Argile plastique mélangée à de la silice et à un fondant, ce qui permet d’abaisser le point de fusion. La faible température de cuisson, située autour de 900°C, ne permet pas d’assurer une fusion complète des composants et donne par conséquent une matière poreuse, parfois friable, que l’on peut rendre imperméable en la recouvrant d’une glaçure.

Les terres cuites les plus courantes en Chine sont réalisées à partir du loess, une terre réfractaire que l’on trouve aux abords du Fleuve Jaune, composée principalement de quartz, de mica, de feldspath et de calcaire.
On trouve des terres cuites en Chine depuis le Paléolithique ; les plus anciens exemples se répartissent sur une période allant de 23 000 à 13 000 avant notre ère.
Voir les œuvres

 

Tigre
Du fait de sa force, le tigre est l’emblème du principe mâle de la nature. Il est associé à l’Ouest, au métal, à l’automne et au blanc dans les cinq éléments chinois. C’est également le troisième signe du zodiaque chinois.

 

Tortue
La tortue est l’un des quatre animaux célestes, surnaturels ou bénéfiques de la Chine ancienne, avec le dragon, le qilin et le phénix. Elle est corrélée au yin et elle est associée au Nord, à l’hiver, à l’eau et au noir dans les cinq éléments chinois. Du fait de sa durée de vie exceptionnelle, elle représente l’une des allégories de longévité. Elle peut avoir un rôle de stabilisatrice de l’univers, qu’elle évoque parfois : sa carapace formant le dôme de la voûte céleste, son ventre la terre bougeant sur les eaux et sa longévité semblant infinie.

 

Tournassin
Outil à lame tranchante fixée à un petit manche utilisé pour la finition de la forme après séchage partiel de la pièce.

 

Transition Famille verte-Famille rose
Les porcelaines effectuant la transition entre la Famille verte et la Famille rose utilisent en général l’émail blanc et certaines couleurs opaques. En lieu et place de l’émail rose, le décorateur utilise un rouge pâle proche du rose obtenu à l’aide de rouge de cuivre sous couverte. La fabrication de pièces de transition Famille verte-Famille rose est très brève, elle se situe à la fin des années 1710.
Voir les œuvres

 

Trésors du lettré
Ensemble d’objets auspicieux ou symboliques au nombre de quatre ou de huit. Les quatre grands trésors évoquent les quatre grands arts : les livres (la poésie), le pinceau ou la pierre à encre (la calligraphie), le qin (la musique) et les rouleaux de peinture (la peinture). Les "quatre trésors du studio de lettré" regroupent quatre objets indispensables en peinture et en calligraphie : le papier, le pinceau, l’encre et la pierre à encre. Les autres trésors peuvent être sélectionnés dans une liste qui s’est enrichie au fil du temps, comportant le brûle-parfum, la pierre sonore, le chasse-mouche, le qin...

 

Trésors variés (za bao)
Les éléments composant les trésors variés apparaissent fréquemment à partir des Yuan comme des motifs complémentaires ; il sont sélectionnés parmi une suite d’objets comme les cornes de rhinocéros, le lingot d’argent, la perle enflammée, la branche de corail, la sapèque... Une sélection aléatoire de huit objets parmi ces trésors variés constitue le motif des "huit trésors" (ba bao).
Les éléments composant les trésors variés apparaissent fréquemment à partir des Yuan (1279-1368). Sous les Ming, de nombreux objets sont ajoutés à cette catégorie, comme le nuage auspicieux, le lingzhi, les rouleaux, les brûle-parfum ding, les lingot yuan bao, le qing etc..

 

Trinité Sanxing ou Trois étoiles du bonheur (san xing)
Trois divinités taoïstes importantes : Shou Xing ou Shou Lao (longévité, la plus importante et la plus célèbre), Fu Xing (bonheur) et Lu Xing (haut-rang) (voir ci-dessous "Shou Xing", "Fu Xing", "Lu Xing").

 

Trinité Sanxing - Fu Xing
Appartenant à la trinité taoïste Sanxing, l’étoile du bonheur Fu Xing porte souvent un enfant dans ses bras et il est généralement représenté accompagné d’une chauve-souris (fu), homophone de "bonheur". Parfois, seule la chauve-souris apparaît aux côtés de Shou Xing (Shou Lao).

 

Trinité Sanxing - Lu Xing
Appartenant à la trinité taoïste Sanxing, l’étoile des émoluments Lu Xing représente "un haut rang", de "hauts revenus officiels"; il est représenté tenant parfois un sceptre ruyi et généralement accompagné d’un daim (lu), homophone d’ "émoluments" et associé aux fonctionnaires. Parfois, seul le daim apparaît aux côtés de Shou Xing (Shou Lao).

 

Trinité Sanxing - Shou Xing (Shoulao)
Appartenant à la trinité taoïste Sanxing, l’étoile de la longévité Shou Xing (Shoulao) peut être représenté seul. Il est souvent représenté associé à de nombreux symboles liés à la longévité ou l’immortalité : le pin ou le pêcher, les pêches d’immortalité, la grue.

 

Trois abondances (san duo)
Ce décor auspicieux constitue un voeu de "bonne fortune, longévité et fils nombreux" en associant la symbolique de trois fruits : le citron digité ou "Main du Buddha" (emblème de bonne fortune), la pêche (symbole d’immortalité) et la grenade (symbole d’une abondante descendance mâle) (voir "Citron digité", "Pêche", "Grenade").
Le thème des "Trois abondances" apparaît avec les Famille rose sous la dynastie Qing.

 

Trois amis
Ce thème décoratif est composé de trois éléments évoquant le détachement que doit cultiver le lettré vis-à-vis des affaires politiques et de la poursuite des biens matériels : le rocher percé (méditation et détachement), le bambou (rectitude du lettré), associés soit au bananier plantain soit à l’orchidée et au narcisse.

 

Trois amis de l’hiver (sui han san you)
Les trois amis de l’hiver, composés du pin, du prunus et du bambou, symbolisent les qualités du fonctionnaire lettré. Le pin et le bambou évoquent la constance car ils ne perdent jamais leurs feuilles. Le pin évoque l’endurance, car ses branches soutiennent la neige, ainsi qu’une longue vie passée en paix. Le bambou se rapporte au gentleman : flexible, il se courbe dans l’adversité sans se briser. Quant au prunus, qui fleurit même dans le froid, la neige et annonce le printemps, il est le signe de persévérance et de renouveau (voir "pin", "bambou", "prunus").
Ce thème décoratif fut d’abord employé sur les bleu et blanc de la période Yuan (1279-1368) et fut ensuite repris sous les Ming, particulièrement durant la période Xuande (1403-1424) ainsi que sous les Qing, au XVIIe siècle notamment.

 

Trois béliers (san yang)
Ce décor à rébus constitue un motif auspicieux pour le Nouvel an. Il représente trois béliers associés à divers éléments, dont parfois les "trois amis de l’hiver" (pin, prunus et bambou). Ce décor peut aussi être appelé san yang kai tai ("trois béliers porteur d’un futur brillant"). Le bélier (yang) étant homophone du principe yang, les trois béliers (san yang) sont donc homophones de "trois forces yang.
Il existe deux théories expliquant ce décor. La première associe les "trois béliers" à la symbolique calendaire, en s’appuyant sur le Yi jing ("Le livre des changements") : en effet à partir du dixième mois, représenté par l’hexagramme kun (purement yin), un trait yang s’ajoute chaque mois pour former, le premier mois de l’année suivante, l’hexagramme tai (trois yang puis trois yin). Ceci symbolise le message suivant : "avec la diminution des forces yin et le passage de l’hiver, un nouveau printemps arrive pour éveiller toutes les créatures". L’autre explication pour ce décor associe chacun des trois "yang" aux positions supérieure du souverain, du père et du mari en Chine (cf. XXX Livre rouge, p. 257-258).
Ce thème décoratif apparut sous les Ming et fut repris sous les Qing.

 

Tulipe
Motif occidental employé essentiellement sur des céramiques destinées à l’exportation.

 

Turquoise et aubergine
La pièce est d’abord cuite à 1300-1350°C sans couverte, les émaux turquoise et aubergine sont ensuite peints et cuits à 750-800°C.
Voir les œuvres

 

Turquoise et noir
La pièce est d’abord cuite à 1300-1350°C sans couverte, les émaux sont ensuite peints et cuits à 750-800°C.
Voir les œuvres

 

Turquoise sur engobe
L’engobe brun est utilisé pour peindre le décor directement sur le corps de la pièce. Après un passage au four à 1200-1250°C, l’œuvre est recouverte de glaçure turquoise. L’œuvre subit une seconde cuisson, à 750-800°C. Ce type de décor est typique des fours de Cizhou à partir du XVe siècle.
Voir les œuvres

 

© Réunion des musées nationaux